Font Size

Cpanel

Ancien couvent de la Baumette à Angers (49)

Ancien couvent des Cordeliers puis des Récollets, fondé au 15ème siècle par le Roi René, construit sur un rocher dominant un coude de la rivière "La Maine".

Classé Monument Historique, le couvent de la Baumette, à Angers, offre l'un des plus prestigieux paysages dont puisse s'enorgueillir la communauté angevine.

Le couvent, fondé au 15e siècle, possède un cloître du 18e siècle, une chapelle du 15e siècle, son ancien cimetière ainsi que 14 jardins en terrasse taillés dans le schiste  du Roc de Chanzé avec des bassins et puits.

Les bâtiments restaurés en 1841 comportent une dizaine de pièces de grande taille dont : réfectoire, cuisine, cave, buanderie d'époque.

La chapelle a encore sa voûte en châtaigner datant de 1452, l’autel est de 1616, offert par le Maréchal de Brissac.

Le cloître actuel remplace un cloître qui avait été creusé dans le roc à coups de pics. Avec les pierres extraites, les frères construisaient peu à peu les murs pour faire des terrasses et des jardins s’étageant sur 14 niveaux différents depuis le haut du rocher jusqu’au bord de la Maine.

Le paysage est resté totalement préservé dans un large périmètre autour du promontoire de la Baumette.

 

Le site de l'ancien couvent de la Baumette est inscrit depuis 2010 (JO du 23-02-2010) dans le cadre de la Confluence Maine-Loire et des coteaux Angevins au patrimoine mondial de l'UNESCO.

La Baumette fait partie du réseau du Roi René qui rassemble 10 monuments pour évoquer sa personnalité. Télécharger le détail du réseau Roi René

La Baumette livre cinq siècles de secrets

La Baumette a fait l’objet de travaux de restauration en 2013.© Ouest-France

Le couvent ouvre ce dimanche ses portes aux visiteurs. L’occasion de se replonger dans l’histoire angevine. Du roi René à la libération d’Angers.

20 000 tonnes de schiste. Il surplombe la Maine de ses 14 terrasses. Creusé dans un énorme Rocher, le couvent de la Baumette, offre depuis ses jardins provençaux un panorama imprenable sur Angers. Des amandiers, des figuiers qui ont vu passer, en cinq siècles, nombre de célébrités : l’écrivain François Rabelais, en jeune religieux, ou Henri IV, avant l’édit de Nantes.

Mais le premier, c’est le roi René. « Il y pose, en 1452, sa chapelle, dédiée Sainte-Madeleine des Baumes - d’où le nom la Baumette - qui deviendra un lieu de pèlerinage, détaille Bernard Bourgeois, le guide et l’un des occupants du bâtiment, aujourd’hui privatisé. La charpente est toujours la même. »

Confié aux Franciscains, ces derniers y construisent le monastère que l’on voit actuellement, en enlevant 20 000 tonnes de schiste ardoisier. « Le site a été très peu habité pendant plus d’un siècle, précise le guide. Dès 1600, lorsque les religieux ont été priés de s’en aller. » Et pour cause, ces frères s’étaient éloignés de leur vie de pénitence, pour se tourner vers d’autres saints…

Pour visiter le couvent de la Baumette, rendez-vous à 14 h, le troisième dimanche de chaque mois, de mai à fin octobre. Tarifs : 5 €. Informations sur labaumette.free.fr.

Ouest-France 2013

Le couvent de la Baumette - 5_siècles d'histoire

Au milieu de XVe siècle, au lendemain des dévastations de la guerre de cent ans, le Roi René appréciait le calme de ses manoirs et la beauté des ses jardins ; tout proche d’Angers, son manoir de Chanzé lui était particulièrement cher : une closerie et une vigne réputée encadrant un imposant rocher d’ardoise qui plonge directement dans la Maine. Cette ancienne carrière d’ardoise gardait du temps ancien de son exploitation, de grandes terrasses horizontales dégagées par de vastes fronts de taille successifs ; sur un de ces à-plats opportunément orienté Est-Ouest, le Roi René décidait d’implanter un petit ermitage (en fait une vaste chapelle blottie sinon en partie encastrée) dans la masse d’ardoise ; la présence, au pied du rocher, d’une importante excavation (où l’on retirait les bateaux en cas de crue de la Maine) lui rappelait la grotte de la Sainte BAUME, dans son royaume de Provence, où l’on vénérait le souvenir du séjour (supposé ) de Marie-Madeleine.

L’ermitage (une chapelle, et une hôtellerie toute simple) était alors baptisé « la Baumette » (la petite grotte)

Edifiée en 1452, l’église était doublée d’une petite chapelle destinée à recevoir les précieuses reliques offertes par le Roi René, qui les déposait lui-même, à l’occasion d’une procession solennelle déroulant ses fastes le long de la Maine, depuis le château jusqu’à son rocher de Chanzé.

Lire la suite...

You are here Description